assurance vie
  • Darjeeling
    Contrat haut de gamme à frais réduits, Darjeeling offre l’accès à un large univers d’investissement
  • Kapital-direct
    Une sélection exclusive des meilleurs supports d’investissement pour ce contrat à frais réduits
  • Afer
    Depuis plus de 40 ans, le contrat Afer reste la référence en matière d'assurance vie
  • Patrimoine Vie Plus
    Contrat d'assurance vie multisupport qui offre l’accès à de nombreux mandats de gestion
  • Himalia
    Contrat d'assurance vie multisupport, Himalia est le produit phare de la gamme Generali Patrimoine
Comparateur d’assurance vie
Nous vous aidons à choisir l’assurance vie dont vous avez besoin !
Accéder au comparateur assurance-vie-menu-image
retraite

Assurance vie : comment investir dans les matières premières ?

Article
Assurance vie

Record de l’or, plongeon du pétrole, rebond du cuivre… Cette année, les prix des matières premières ont été particulièrement chahutés par les conséquences économiques de la crise sanitaire liée au coronavirus. Quelles sont les tendances et les enjeux de ce secteur ? Comment y investir via votre assurance vie ? 

L’investissement dans les matières premières dans le cadre de l’assurance vie se fait via les unités de compte qui présentent un risque de perte en capital.


Sommaire

Les matières premières constituent un secteur important pour l’économie. Même si leur poids dans l’activité tend à diminuer par rapport à la croissance des services ou des nouvelles technologies, les matières premières demeurent des ressources essentielles pour l’industrie, notamment automobile (fer, aluminium…), la construction (métal, ciment, cuivre…) ou la production d’énergie (pétrole, gaz…). Certains matériaux ont aussi une cote particulière liée à leur rareté, comme l’or ou le rhodium, métal le plus cher du monde, qui cote six fois plus que l’or, à plus de 12 000 dollars l’once (au 25 août 2020).

Un record historique pour le cours de l’or

Un record historique pour le cours de l’or

Les cours des matières premières sont très volatils, avec des cycles liés à l’offre et la demande, en fonction de la conjoncture. Les principales matières premières ont connu des destins très contrastés en 2020, en particulier le pétrole et l’or, dont les fluctuations sont des indicateurs très suivis par les investisseurs. 
En franchissant le seuil symbolique des 2 000 dollars par once, le cours de l’or a atteint un record historique de 2 075,13 $, le 7 août, en hausse de 36% depuis le début de l’année. Le métal précieux a ainsi dépassé son précédent sommet, atteint en septembre 2011 (1 807 $). Entre temps, l’or avait connu une période de repli, son cours étant redescendu à près de 1 000 dollars l’once fin 2015, soit près de 40% de baisse en 4 ans. Depuis ce creux, le cours du métal jaune a donc doublé, soit un rebond de plus de 100% en 5 ans.

Une valeur refuge qui profite de la baisse des taux d’intérêt

Une valeur refuge qui profite de la baisse des taux d’intérêt

L’or est souvent présenté comme une valeur refuge en temps de crise. Il est vrai qu’il a joué ce rôle par le passé, en tant que « réserve de valeur », face à l’inflation ou aux guerres. Le métal précieux n’est pourtant pas un placement zen, car il subit aussi régulièrement de fortes variations.
« L’or a retrouvé de l’intérêt de la part des investisseurs ces dernières années grâce à la faiblesse des taux d’intérêt, explique Benjamin Louvet, gérant spécialiste des matières premières chez OFI AM. Rappelons que l’or, qui n’a pas de rendement, ne trouve un intérêt par rapport aux autres classes d’actifs avec rendement (dividendes pour les actions, coupons pour les obligations, loyers pour l’immobilier) que lorsque celui-ci diminue ». 
Comme l’illustre le graphique ci-dessous, il y a un lien direct entre le niveau des taux d’intérêt réels (c’est-à-dire le taux nominal diminué du taux d’inflation), surtout aux États-Unis, et le cours de l’or. Plus les taux réels baissent, et plus le cours du métal jaune s’apprécie. 

cours or

 

Le pétrole en berne

Le pétrole en berne

Le cas du pétrole est aussi emblématique, avec un krach historique au printemps 2020 sur fond de mutation structurelle. Après les chocs pétroliers des années 1970 et 1980, l’or noir a connu des hauts et des bas, selon les cycles économiques et les tensions géopolitiques. Mais depuis son record de 145$ par baril (pour le WTI américain), le 3 juillet 2008, le pétrole a connu deux révolutions. D’une part, les Etats-Unis sont devenus exportateurs de pétrole, grâce à l’extraction de gaz de schiste. D’autre part, plus de 180 pays se sont engagés à réduire drastiquement leur consommation d’énergies fossiles, notamment de pétrole, pour ralentir le réchauffement climatique dans le cadre des Accords de Paris signés lors de la COP21 fin 2015.

Après une stabilisation autour de 100$ de 2011 à 2014, le baril s’est écroulé à 26$ (le 11 février 2016). Il s’était redressé jusqu’à 77$ à l’été 2018, et avait fini l’année 2019 à 61$. Mais avec la crise sanitaire, l’or noir a chuté à 14$ fin mars, et même jusqu’à 9$ le 21 avril, après une séance de panique la veille, où le prix du baril avait fini en territoire négatif ! Des spéculateurs n’ayant pu déboucler des contrats à terme arrivant à échéance, ils ont du payer des acheteurs pour s’en débarrasser, n’ayant pas les moyens de stocker le précieux combustible. Le cours du baril américain (WTI) est alors brièvement tombé à -37$ (20/4/2020), un « prix négatif » qui a marqué les esprits. Il est remonté à 20$ début mai pour se stabiliser au-dessus de 40$ depuis fin juin, grâce à la reprise d’une partie de l’activité économique.
 

De multiples supports en unités de compte dédiés aux matières premières

De multiples supports en unités de compte dédiés aux matières premières

Le contrat Darjeeling comporte 22 unités de compte dédiées aux matières premières toutes présentant un risque de perte en capital. La plupart de ces fonds n’investissent pas dans les matières premières directement, mais dans les actions de grands groupes producteurs. Quelques uns permettent cependant de s’intéresser plus spécifiquement aux tendances d’un secteur ou d’un autre.

•    OFI Precious Metals R (FR0011170182) est classé dans la catégorie des fonds investis en “matières premières physiques”, avec un gain de 21% depuis le début de l’année (au 24 août). Contrairement à la plupart des fonds « or et mines » détenant des actions de groupes miniers ou pétroliers, ce fonds investit dans des contrats à terme sur les métaux précieux. En pratique, son portefeuille est composé d’emprunts d’Etat et de contrats de « swap » (échanges de performances) sur indices de métaux précieux.

OFI

 

•    BlackRock World Mining Fund E2 Hedged (LU0326425351), affiche un gain de 8,6% depuis le début de l’année (au 24 août). Ce fonds investit dans des groupes miniers variés. Mais en analysant les productions de chaque société, son portefeuille est principalement exposé à l’or (42%), au cuivre (15%) et à des mines plus diversifiées (31%).

Blackrock

 

•    AXA Or et Matières Premières C (FR0010011171) est un fonds, disponible à la fois dans les contrats Darjeeling et Kapital-direct, qui a pour objectif de « répliquer la performance de l'indice composite de référence (composé pour 2/3 de l'indice FTSE World Mining et pour 1/3 de l'indice FTSE World Oil & Gas) ». Compte tenu de cette composition hybride, AXA Or et Matières Premières est moins volatil que les fonds exclusivement dédiés aux mines ou à l’énergie. Ses performances sont en recul de 10% depuis le début de l’année (au 24 août), mais encore en progression de 53% sur 5 ans.

AXA

 

Découvrez nos contrats d'assurance vie : Darjeeling et Kapital-direct

Les fonds consacrés aux valeurs pétrolières ont souffert

Les fonds consacrés aux valeurs pétrolières ont souffert

Les fonds dédiés aux groupes pétroliers ont le plus souffert. C’est le cas des trackers Lyxor STOXX Europe 600 Oil & Gas ETF (LU1834988278), en baisse de 30% depuis le début de l’année (au 24 août), ou du Lyxor MSCI World Energy ETF (LU0533032420), qui perd lui 40%.

Les valeurs pétrolières sont délaissées par les investisseurs dans cette période difficile. Fin août, le leader mondial du secteur, Exxon, a même été sorti de l’indice Dow Jones des 30 principales valeurs américaines, pour augmenter la proportion de titres technologiques ayant le vent en poupe. Pourtant, la chute des cours n’est pas irréversible. Le secteur pourrait rebondir comme par le passé, à la faveur d’un redressement de la croissance, et notamment avec la reprise attendue du transport aérien.

L’investissement sur les supports en Unités de Compte supporte un risque de perte en capital puisque leur valeur est sujette à fluctuation à la hausse comme à la baisse dépendant notamment de l’évolution des marchés financiers. L’assureur s’engage sur le nombre d’Unités de Compte et non sur leur valeur qu’il ne garantit pas.

Darjeeling est un contrat individuel d’assurance sur la vie, libellé en unités de compte et en euros, dont l’assureur est SwissLife Assurance et Patrimoine. Le document d'informations clés du contrat Darjeeling contient les informations essentielles de ce contrat et est disponible ici

Kapital-direct est un contrat groupe d'assurance vie à adhésion individuelle, libellé en euros et en unités de compte, dont l'assureur est Generali Vie. Le document d'information clé du contrat Kapital-direct contient les informations essentielles de ce contrat et est disponible ici.

A ne plus manquer
hollow circle
Un conseiller est en ligne pour vous aider