assurance vie

Nos contrats assurance vie

  • Darjeeling
    Contrat haut de gamme à frais réduits, Darjeeling offre l’accès à un large univers d’investissement
  • Kapital-direct
    Une sélection exclusive des meilleurs supports d’investissement pour ce contrat à frais réduits
  • Afer
    Depuis plus de 40 ans, le contrat Afer reste la référence en matière d'assurance vie
  • Patrimoine Vie Plus
    Contrat d'assurance vie multisupport qui offre l’accès à de nombreux mandats de gestion
  • Himalia
    Contrat d'assurance vie multisupport, Himalia est le produit phare de la gamme Generali Patrimoine

Comparateur d’assurance vie

Nous vous aidons à choisir l’assurance vie dont vous avez besoin !
Accéder au comparateur assurance vie menu image
retraite

Nos contrats retraite

  • Madelin-direct
    Contrat internet à frais réduits permettant aux travailleurs non-salariés de préparer leur retraite
  • Cardif Multi-Plus PERP
    Contrat qui se distingue par un univers d’investissement plutôt étendu pour ce type de produit
  • PERP Vie Plus
    Contrat qui propose de nombreuses options de gestion, accessible à partir de 45€
  • PERP Lignage
    Contrat qui offre l’accès aux versements et arbitrages en ligne

Comparateur de contrats retraite

Comparez l’ensemble de nos contrats retraite en un clin d’œil
ACCÉDER AU COMPARATEUR Retraite menu image

Donnez du sens à votre argent avec les placements éthiques socialement responsables

Article

Concilier la performance économique en ayant un impact positif pour la société ou l’environnement ? C’est possible avec l’investissement socialement responsable (ISR). Qu’est-ce qu’un placement éthique ? Est-ce vraiment efficace ou juste du marketing ? Les réponses de Placement-Direct.fr

De plus en plus d’épargnants ont des préoccupations éthiques pour leurs placements, et refusent que leur argent finance des activités qu’ils désapprouvent. Pour eux, investir dans des placements profitables n’est pas suffisant, ils veulent que les sociétés financées avec leurs économies aient un impact positif sur la société, l’environnement et la santé de leurs clients, qu’elles traitent correctement leurs salariés et leurs sous-traitants. Certains vont jusqu’à exclure tout investissement dans des activités ou produits dont ils réprouvent les méfaits, comme les armes, le tabac ou l’alcool, voire la production d’énergies « fossiles » comme le charbon et le pétrole.

Cette préoccupation d’investir de façon éthique est apparue dans les années 1960, à l’origine pour satisfaire les principes moraux de certaines congrégations religieuses qui imposaient des restrictions aux banques à qui elles confiaient leurs capitaux. Par la suite, ce concept a été décliné pour séduire de nouveaux investisseurs sensibles aux questions d’éthique, notamment les fonds de retraite supervisés par des représentants des salariés aux Etats-Unis, ou les plans d’épargne d’entreprise en France. Les fondations philanthropiques créées par des milliardaires, comme celle de Bill Gates, le fondateur de Microsoft, sont aussi attentives à ne pas investir dans des sociétés qui iraient à l’encontre des causes qu’elles soutiennent.

En 2005, les Nations Unies ont soutenu cette tendance, sous l’impulsion du secrétaire général Kofi Annan, en invitant les plus grands investisseurs du monde à développer les « Principes pour l’investissement responsable » (UN Principles for Responsible Investment, UNPRI.org). Aujourd’hui, cette initiative regroupe 1750 signataires gérant 70 000 milliards de dollars.

L’investissement éthique s’est démocratisé, avec des appellations variées comme l’investissement socialement responsable (ISR), la responsabilité sociale d’entreprise (RSE), ou les valeurs environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). De nombreux placements éthiques sont accessibles au grand public dans les contrats d’assurance vie modernes, comme Darjeeling et Kapital Direct chez Placement-direct.fr.

C’est une bonne nouvelle pour les épargnants exigeants, qui peuvent désormais choisir la façon dont leur argent est investi au regard de leur éthique. Mais qu’est-ce qu’un placement éthique ? Qui détermine les sociétés fréquentables ou non ? Sur quels critères ? Ces questions font l’objet d’un débat animé.

D’abord, les critères éthiques peuvent varier selon les cultures, les individus et les causes auxquelles ils sont sensibles, certains étant plus préoccupés par l’écologie et l’environnement, d’autres par les aspects sociaux ou encore de gouvernance, c’est-à-dire la transparence et la conformité aux règles de gestion des entreprises. Ces critères sont réunis dans les objectifs de développement durable (ODD, ou SDG en anglais pour sustainable development goals), une autre initiative mondiale à laquelle participe la France.

La responsabilité sociale des entreprises (RSE), c’est-à-dire leur éthique ou leur respect de différents critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance), ne se lit pas dans leurs bilans et résultats comptables. Parallèlement aux analyses financières effectuées pour évaluer la santé économique des sociétés, des experts se sont spécialisés dans l’analyse extra-financière des entreprises, en examinant de nombreux critères comme les créations d’emploi, l’empreinte carbone ou la parité hommes-femmes au conseil d’administration. En France, la première agence de notation extra-financière, l’Arese, a été créée en 1997. Elle est à l’origine de l’agence Vigéo fondée en 2002 par Nicole Notat, ancienne secrétaire générale du syndicat CFDT.

Ajouter une dose d’éthique dans ses choix de placements n’est pas toujours facile, car cela oblige à faire des choix en éliminant de nombreuses opportunités d’investissement selon des critères plus ou moins strictes. Sur ce point, les gérants de placements éthiques se partagent en deux camps : ceux qui recherchent les meilleurs élèves de chaque secteur (approche best in class en anglais), par exemple les producteurs d’énergie les moins polluants, et ceux qui excluent purement et simplement les sociétés ou les secteurs non-conformes à leurs critères, par exemple tous les producteurs d’énergie polluante, comme les groupes pétroliers, ou qui privilégient les sociétés les plus vertueuse tous secteurs confondus (approche best in universe en anglais), ce qui conduit implicitement à éviter les secteurs les moins vertueux.

La gestion éthique par la sélection des meilleurs élèves, dite best in class dans le jargon anglo-saxon, consiste à prendre le monde tel qu’il est, tandis que l’approche par exclusion est plus volontariste pour changer le monde. Les deux ont leur légitimité, mais les premiers sont parfois perçus comme une forme d’emballage marketing, ou « greenwashing », contestée par les puristes de l’investissement socialement responsable (ISR).

Les placements éthiques, quelle que soit leur approche, peuvent aussi investir dans des types d’actifs très variés, certains étant spécialisés sur les actions d’un pays, d’un continent, ou d’un secteur spécifique, d’autres ayant des actifs plus diversifiés, par exemple avec une part d’obligations pour atténuer les risques de la Bourse. De même, il faut vérifier et comparer leurs caractéristiques et leurs différences, notamment en terme de frais et de performance, comme pour tous les placements.

Définition : L’Investissement Socialement Responsable est un placement qui vise à concilier performance économique et impact social et environnemental en finançant les entreprises et les entités publiques qui contribuent au développement durable quel que soit leur secteur d’activité.


L’Autorité des marchés financiers (AMF) recensait 361 fonds d’investissement socialement responsable en France en 2016, ​voici leur répartition par spécialité :

graphe-AMF-ISR


Pour toute question sur votre assurance vie, contactez Placement-direct.fr :
- par téléphone au 01 53 32 73 32
- via notre formulaire de contact

 

Les articles les plus lus
hollow circle
Un conseiller est en ligne pour vous aider