assurance vie
  • Darjeeling
    Contrat haut de gamme à frais réduits, Darjeeling offre l’accès à un large univers d’investissement
  • Kapital-direct
    Une sélection exclusive des meilleurs supports d’investissement pour ce contrat à frais réduits
  • Afer
    Depuis plus de 40 ans, le contrat Afer reste la référence en matière d'assurance vie
  • Patrimoine Vie Plus
    Contrat d'assurance vie multisupport qui offre l’accès à de nombreux mandats de gestion
  • Himalia
    Contrat d'assurance vie multisupport, Himalia est le produit phare de la gamme Generali Patrimoine
Comparateur d’assurance vie
Nous vous aidons à choisir l’assurance vie dont vous avez besoin !
Accéder au comparateur assurance-vie-menu-image
retraite

Guide assurance vie : ce qu'il faut retenir

Guide
Assurance vie

Vous souhaitez souscrire un contrat d'assurance vie et vous débutez sur le sujet ?
Nous décryptons pour vous quelques modalités. Voici 6 questions qui pourraient vous éclairer sur le sujet…

 

Sommaire

1. L’argent de mes contrats d’assurance vie est-il disponible ?

1. L’argent de mes contrats d’assurance vie est-il disponible ?

Que se passe-t-il si j’effectue un rachat rapidement après la souscription ? Même si l’assurance vie est une enveloppe d’épargne réservée aux investissements de temps long, elle permet d’avoir accès à ses liquidités à tout moment en cas de besoin. Il est donc possible d’effectuer un rachat, ou retrait, même peu de temps après la souscription. Si les versements ont été effectués après le 27 septembre 2017, les intérêts perçus sur les sommes rachetées seront soumis à la flat tax de 30%. Les rachats ayant lieu sur un contrat de plus de huit ans profitent d’une fiscalité plus douce. Si la part d’intérêts est inférieure à 4 600 euros par an, ils ne sont pas taxés. La tranche d’intérêts supérieure à 4 600 euros est taxée à 7,5%, et subit 17,2% de prélèvements sociaux. Les détenteurs de 150 000€ en assurance vie et qui détiennent des contrats de plus de huit ans profitent de cette même fiscalité pour la part de leurs contrats limitée à 150000 euros. Les sommes excédant ce montant, si elles sont rachetées, sont soumises à la flat tax de 30%.

 

2. Le rachat sur les vieux contrats d’assurance vie les casse-t-il ?

2. Le rachat sur les vieux contrats d’assurance vie les casse-t-il ?

Un contrat d’assurance vie ne se « casse » pas : tant qu’il reste quelques liquidités dessus, il n’est pas clôturé et son enveloppe reste disponible pour recevoir de nouveaux fonds.

 

3. Dois-je garder mes anciens contrats d’assurance vie ?

3. Dois-je garder mes anciens contrats d’assurance vie ?

Avec un contrat peu performant et offrant peu de possibilités d’investissements, vous pouvez vous sentir pris au piège et avoir peur de ne pas profiter de la meilleure fiscalité avant le huitième anniversaire de la souscription. Pas de panique. Si les performances sont médiocres, la fiscalité, même un peu lourde, ne s’appliquera que sur un faible gain. Si votre contrat est en moins-value, il n’y aura aucun impôt. Enfin, si vous affichez une plus-value sur un contrat très ancien, de plus de huit ans il vous est toujours possible d’effectuer des rachats réguliers mais bien dosés. Si la part d’intérêts de vos rachats ne dépasse pas 4 600 euros annuels (9 200 euros pour un couple marié ou pacsé), vous n’acquittez aucun impôt. Vous pouvez ainsi alimenter un nouveau contrat plus performant. Enfin, n’oubliez pas qu’il est tout à fait possible d’ouvrir un nouveau contrat en plus des précédents.

 

4. Puis-je souscrire autant de contrats d’assurance vie que je le souhaite ?

4. Puis-je souscrire autant de contrats d’assurance vie que je le souhaite ?

Le nombre de contrats d’assurance vie n’est pas limité. Voilà pourquoi certains souscripteurs ont plusieurs contrats. On conseille par exemple, dans les couples mariés sous le régime de la communauté réduite aux acquêts, de ne pas loger dans le même contrat les sommes communes (gains et salaires, sommes issues de la vente des biens communs) et les sommes propres à chacun des époux (sommes épargnées avant le mariage ou sommes reçues par donation ou succession pendant le mariage). Ainsi, il n’y a pas de confusion possible entre les patrimoines propres à chaque époux et celui qui est commun. Avoir plusieurs contrats est aussi recommandé lorsque les montants investis sont importants : il peut être utile de répartir son épargne entre plusieurs contrats, mais aussi entre plusieurs assureurs.

 

5. Dois-je investir toute mon épargne dans l’assurance vie ?

5. Dois-je investir toute mon épargne dans l’assurance vie ?

Sur certains contrats, les rachats s’effectuent très facilement et surtout très rapidement. Voilà pourquoi certains épargnants utilisent l’assurance vie pour loger la totalité de leurs liquidités. Cela est pourtant déconseillé. Les règles de prudence recommandent à tout épargnant de diversifier ses placements. Un patrimoine équilibré est constitué, idéalement, d’une part d’immobilier, d’une part de liquidités disponibles immédiatement (en moins de 24 heures) sur un compte sur livret pour faire face à un coup dur (la fameuse « épargne de précaution »), et d’une part de liquidités investies dans des enveloppes de long terme. Pour la partie de ces liquidités dont vous êtes certains de ne pas avoir besoin dans les dix prochaines années, vous pouvez prendre une petite dose de risque supplémentaire, et ainsi espérer obtenir une meilleure rémunération, en les investissant sur des unités de compte dynamiques. Mais dans tous les cas, l’assurance vie doit être le complément d’autres placements, comme le livret A.

 

6. Je touche une grosse somme d’argent. Dois-je investir la totalité de cette somme dans mon contrat d’assurance vie ?

6. Je touche une grosse somme d’argent. Dois-je investir la totalité de cette somme dans mon contrat d’assurance vie ?

Si vous faites face à une rentrée d’argent importante, le choix des supports est encore plus crucial. N’investissez pas la totalité de votre épargne dans les unités de compte en une seule fois : vous risquez d’acheter au plus haut et de voir toute votre épargne exposée à une baisse des marchés. Il est plus prudent d’investir cette somme en une multitude de petits versements étalés dans le temps. Avec ces investissements progressifs, vous entrez régulièrement sur les marchés, lorsqu’ils sont hauts, mais aussi lorsqu’ils sont bas. Votre prix d’achat est lissé dans le temps, et en cas de forte baisse des marchés financiers, non seulement vous ne la subirez pas de plein fouet, mais en plus, vous pourrez en profiter en réinvestissant régulièrement à des cours d’achat nettement plus bas. Le tout, sans y penser. Les options d’arbitrage offertes par certains contrats vous permettent de programmer ces investissements, même en cas de versement d’une somme importante. Vous investissez le montant souhaité dans le fonds en euros, et chaque mois, un arbitrage automatique est réalisé vers les Unités de Compte. Par exemple, pour 100 000 euros investis, vous pouvez demander que 500 euros soient chaque mois sortis du fonds en euros, et versés sur des Unités de Compte dynamiques. Ainsi, vous lissez votre prix d’entrée sur les marchés.

 

Même thématique

A ne plus manquer
hollow circle
Un conseiller est en ligne pour vous aider