Informations sur les cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Fermer

Les actions de petites et moyennes valeurs dépassent les grandes

En Bourse, les actions d’entreprises à taille humaine (PME ou entreprises de taille intermédiaires -ETI-) sont historiquement plus performantes que les grosses multinationales.

 

Les petites valeurs ont la cote. En 2017, l’indice S&P Europe Small Cap regroupant les actions européennes de petites capitalisations a grimpé de 20% en incluant les dividendes réinvestis, soit près du double de la performance globale des grandes valeurs européenne, qui affichaient 11% de gains en incluant les dividendes, selon l’indice MSCI AC Europe. Et ce phénomène se reproduit année après année, comme on peut l’observer à travers les performances de ces indices collectées par la société de gestion Franklin Templeton (lire tableau).

 

En seize ans, de fin 2001 à fin 2017, et malgré les crises et krachs financiers ayant fortement affecté cette période, les actions européennes de petites capitalisations ont bénéficié d’une performance globale, en incluant les dividendes réinvestis, deux fois plus élevée que celle des grandes valeurs (plus de 9,4% par an contre 4,7% en moyenne).

 

Les petites valeurs plus dynamiques que les grandes

 

Année

Petites valeurs

Grandes valeurs

2002

-24%

-30%

2003

27%

16%

2004

21%

13%

2005

33%

28%

2006

33%

20%

2007

-5%

4%

2008

-48%

-45%

2009

45%

34%

2010

27%

12%

2011

-14%

-8%

2012

26%

18%

2013

33%

19%

2014

10%

6%

2015

16%

8%

2016

2%

4%

2017

20%

11%

Moyenne

9,4%

4,7%

Cumul

323%

107%

Source: indices S&P Europe Small Cap (petites valeurs) et MSCI AC Europe (grandes valeurs), relayés et arrondis par Franklin Templeton.

 

On retrouve un écart comparable entre les Sicav et fonds d’investissement en actions de petites et moyennes capitalisation, et ceux investis dans des plus grosses sociétés. Sur près de vingt ans, entre début 1999 et mi-mai 2018, les fonds de grandes valeurs européennes ont rapporté en moyenne 4,4% par an (+130% cumulés), et ceux en actions françaises 4,8% (+147% cumulés) contre près du double pour les fonds en actions françaises de petites et moyennes capitalisation (7,9% par an et +337% cumulés) et les fonds en actions européennes de petites et moyennes capitalisation (8,4% annualisés, +377% cumulés), selon la base de données de Quantalys.

 

Les experts expliquent généralement le dynamisme des petites valeurs par un ensemble de raisons, par rapport aux multinationales :

- le potentiel de croissance des plus petites sociétés est supérieur à celui des multinationales

- les plus petites sociétés sont gérées de façon réactive, sur des marchés de niche plus pointus

- les petites valeurs sont moins connues des analystes financiers, il y a plus à découvrir

- les petites sociétés sont plus risquées, justifiant une prime pour les investisseurs.

 

Même s’il arrive que des multinationales traversent des difficultés ou fassent faillites, les plus petites sociétés sont statistiquement plus vulnérables, avec un taux de mortalité plus élevé, et une liquidité plus faible. Comme elles ont moins d’actions en circulation que les multinationales, le cours des petites valeurs peut connaître des fluctuations plus erratiques, les gros actionnaires peuvent avoir des difficultés de revente qui pénalisent les cours.

 

La courbe impressionnante des fonds de petites valeurs

 

Source : Quantalys.fr

 

Historiquement, les petites valeurs sont généralement plus dynamiques que les actions des multinationales, mais aussi plus risquées, notamment en temps de crise, où elles sont généralement moins résistantes que les mastodontes, comme en 2001-2002 et 2007-2008.

 

Des petites valeurs de tailles très variables

Quelles sont les caractéristiques et les spécificités des actions de petites et moyennes capitalisation par rapport aux plus grandes valeurs ? Comment les différencier ?

 

Une première approche consiste à retenir les critères des petites et moyennes entreprises (PME) et des entreprises de taille intermédiaire (ETI). Les PME et ETI font l’objet d’une définition officielle. Il s’agit d’entreprises « employant moins de 5000 salariés, avec un chiffre d’affaires inférieur à 1,5 milliard d’euros ou un total de bilan inférieur à 2 milliards d’euros », selon la définition européenne reprise à l’article L221-32-2 du Code monétaire précisant les critères d’éligibilité au PEA-PME. Cette définition dépasse la notion de PME classique, puisqu’elle inclut en France des sociétés comme le fabricant de camping-cars Trigano, dont la valeur approche 3,4 milliards d’euros en Bourse.

 

En dehors de ces critères économiques, les professionnels des marchés classent souvent les sociétés en fonction de leur capitalisation boursière (ou « market cap » en anglais), c’est-à-dire la valeur totale d’une société en Bourse, obtenue en multipliant le nombre d’actions par leur cours. Ce montant est indiqué pour chaque société cotée sur la plupart des sites internet. De ce point de vue les actions de petites et moyennes capitalisations ne se limitent pas aux seules PME. Même s’il n’y a pas de nomenclature officielle, les professionnels classent traditionnellement les sociétés cotées en cinq catégories selon leur taille. Ces notions sont très différentes d’un pays à l’autre, car elles varient selon la taille du marché.

 

Exemples de classification des actions

Type d’actions

Exemple France

Exemple USA

Méga-caps

> 100 milliards €

> 200 milliards $

Large-caps

5 à 100 milliards €

10 à 200 milliards $

Mid-caps

1 à 5 milliards €

2 à 10 milliards $

Small-caps

100 mlns à 1 mrd €

200 mlns à 2 mrds $

Micro-caps

< 100 millions €

< 200 millions $

Définitions compilées entre diverses sources (Nasdaq, Investopedia...)

Il n’y a pas de classification officielle unique des actions par taille.

 

A défaut de critères absolus, les fabricants d’indices boursiers estiment par convention que les petites et moyennes valeurs correspondent aux 15% des sociétés les plus petites d’un marché. L’indice S&P Europe Small Cap est ainsi composé des 15% d’actions européennes ayant les plus petites capitalisation boursières. Leur capitalisation médiane est proche d’un milliard d’euros, avec des écarts allant de 36 millions d’euros pour la plus petite à 14 milliards pour la plus grosse valeur de cet indice, soit déjà plus que les huit plus petits « géants » de l’indice CAC 40.

 

Des univers et risques différents entre ETI, PME et capital risque

Les notions de petites et moyennes valeurs recouvrent donc des univers très différents, entre ces « petites multinationales », les PME et ETI au sens de la définition européenne, et les plus petites start-ups cotées en Bourse sur des marchés non réglementés comme Alternext et le Marché Libre, (rebaptisés Euronext Growth et Euronext Access), des marchés où les sociétés ne sont pas soumises aux mêmes obligations d’information protectrices des épargnants que sur les marchés boursiers classiques. Les plus petites sociétés sur ces marchés non réglementés ont des risques comparables à l’investissement en actions non cotées, ou « private equity » en anglais, effectué par des sociétés et fonds de capital risque.

 

Ces nuances sont importantes pour appréhender les différences entre les fonds du secteur. « Les small caps sont un sujet passionnant, car c’est un des rares domaines d’investissement, avec les fonds flexibles, où la valeur ajoutée des gérants a énormément d’influence sur la performance des fonds », explique Jean-Paul Raymond, directeur général de Quantalys. « L’aspect humain et l’intuitu personae ont plus de poids que dans l’analyse des grandes valeurs, poursuit-il. Il faut comprendre l’activité de la société et son marché, mais surtout si son dirigeant a les reins assez solides. L’humain l’emportera toujours dans ce domaine, c’est d’ailleurs une des rares catégorie où les fonds indiciels sont battus par la majorité des gérants. »

 

Les clients de Placement-Direct.fr ont accès à des dizaines de fonds spécialisés dans les actions de petites et moyennes capitalisations, notamment dans le cadre des contrats d’assurance-vie Darjeeling et Kapital Direct. 

 

Lire aussi : Comment choisir les meilleurs fonds de petites et moyennes valeurs ?

 

Pour toute question sur votre assurance-vie, contactez Placement-Direct.fr

  • par téléphone au 01 53 32 73 32
  • ou directement ici : contact

La valeur des supports en unités de compte est sujette à fluctuation à la hausse comme à la baisse dépendant notamment de l'évolution des marchés financiers. L'assureur s'engage sur le nombre d'unités de compte et non sur leur valeur qu'il ne garantit pas.

Publié le 22/05/2018