Informations sur les cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Fermer

Quel pilote pour diversifier votre assurance-vie sans vous en occuper ?

Comment diversifier son assurance-vie quand on ne sait pas quels placements choisir ou qu’on n’a pas le temps de s’en occuper ? Les mandats de gestion et allocations déléguées permettent de confier la gestion de ses placements à un professionnel sans s’en occuper.

 

La baisse de rendement des fonds en euros pousse de plus en plus d’épargnants à diversifier leur assurance-vie en cherchant des placements potentiellement plus rentables à long terme, quitte à accepter de prendre des risques par rapport à la garantie absolue du fonds en euros.

Mais quels types de placements choisir ? Comment s’y retrouver parmi des centaines de fonds d’investissements concurrents aux caractéristiques complexes ? Pour ceux qui ne veulent pas s’en occuper, la gestion sous mandat ne manque pas d’atout. L’idée est de pouvoir diversifier ses investissements sans rien avoir à faire, ou presque.

 

Risque, rentabilité et durée d’investissement

 

La seule étape incontournable est quand même d’effectuer un diagnostic de sa situation pour bénéficier d’une prescription adaptée car les solutions et orientations de gestion dépendent des besoins de chacun, en particulier leur horizon d’investissement et leur capacité à supporter les risques.

 « La gestion de risque est un triptyque : rendement, durée, volatilité. On ne peut pas conseiller un client si on n'a pas de réponses à ces questions. Il faut aussi veiller à ce que ces réponses soient cohérentes. On ne peut pas espérer 7% de rendement sur deux ans sans risque. Selon les priorités définies, on doit parfois revoir les autres paramètres, afin de mieux cibler l’intérêt du client et ses attentes », explique Gérard Cercet, directeur général adjoint de Swiss Life Gestion Privée, qui supervise depuis douze ans le service de gestion délégué, proposé notamment dans le cadre du contrat d’assurance-vie Darjeeling de Placement-Direct.fr

 

Un quizz pour déterminer son profil selon les points obtenus

 

Pour aider les souscripteurs d’assurance-vie en ligne à déterminer eux-mêmes leur profil financier, les assureurs et les intermédiaires comme Placement-Direct.fr doivent interroger leurs clients afin de préciser leurs exigences et leurs besoins. Dans le formulaire de souscription du contrat Darjeeling, par exemple, les clients doivent répondre à un quizz d’une vingtaine de questions sur leurs revenus et leur patrimoine, leur horizon d’investissement, leurs objectifs et leur capacité de résistance aux risques. Comme dans les quizz des magazines, chaque réponse est associée à un nombre de points, et le nombre total de points obtenu détermine le profil financier du client.

 

 

Le profil financier est déterminé selon les réponses des clients à une vingtaine de questions pour évaluer leur situation, leurs connaissances et leur capacité à prendre plus ou moins de risque selon leur horizon d’investissement et leurs projets.

 

La durée d’investissement détermine le niveau de diversification

 

Ces profils délimitent principalement la part de diversification en dehors du fonds en euros sans risque des contrats d’assurance-vie, selon les exigences et besoins des clients. Le profil Prudent s’adresse ainsi aux épargnants ayant un horizon d’investissement d’au moins trois ans, le profil Equilibre à ceux qui acceptent un risque de perte mesuré dans l’espoir de profiter de la hausse des marchés en ayant au moins cinq ans devant eux. Le profil Dynamique requiert aussi une période d’investissement d’au moins cinq ans, en étant conscient d’un risque de perte élevé pour rechercher une performance plus élevée, en particulier avec une dominante d’investissements boursiers en actions.

 « On tente habituellement de définir le profil d’un client pour lui proposer un profil prudent, équilibré ou dynamique, mais on peut être plus ou moins prudent, équilibré ou dynamique », nuance Gérard Cercet. « Pour coller plus parfaitement au profil de risque des investisseurs, nous avons mis en place une gestion dite de risque, qui comprend 6 niveaux de risque, de Force 1 à Force 6 », poursuit-il.

Selon le niveau de risque, le gérant veille à ce que la combinaison de ses choix d’investissements n’entraîne pas de fluctuations moyennes annuelles supérieures à un certain pourcentage, c’est-à-dire un objectif cible de volatilité maximum.

 

Allocation déléguée

Durée recommandée

Risque de 1 à 7

Volatilité cible

Force 1

3 ans

3

< 5%

Force 2

4 ans

4

< 7%

Force 3

4 ans

4

< 10%

Force 4

5 ans

5

< 12%

Force 5

5 ans

5

< 15%

Force 6

Plus de 5 ans

6

< 20%

Source : SwissLife

 

Avec deux niveaux de profils prudents (Force 1 et 2), deux profils équilibrés (Force 3 et 4) et deux profils plus dynamiques (Force 5 et 6), selon qu’on investisse à long terme ou très long terme, cette segmentation plus fine des niveaux de risque permet d’offrir aux clients des stratégies de diversification plus progressives.

 

Comment ça marche ?

 

Concrètement, les services de gestion pilotée ou d’allocation déléguée sont des mandats de gestion créant une relation à trois entre le souscripteur du contrat d’assurance-vie, l’assureur et une société de gestion qui se charge d’ordonner les arbitrages d’achat ou de vente d’unités de compte, directement dans le contrat du client, dans le respect de l’orientation choisie.

Après que l’investisseur a déterminé son profil et choisi son niveau de risque et son type de mandat de gestion ou d’allocation déléguée, il passe la main au gérant qui s’occupe de tout.

La gestion d’un mandat d’allocation déléguée requiert d’abord une sélection attentive des fonds adaptés au profil du client, puis une stratégie d’investissement appropriée selon les perspectives économiques et le contexte des marchés financiers.

 « La sélection structure tout », explique Gérard Cercet. « Nous avons développé notre propre outil de sélection parmi 20 000 fonds, c’est un gisement énorme qui offre beaucoup plus de choix qu’il n’y a de titres cotés, avec l’accès à des compétences multiples sur tous les marchés, titres ou secteurs », précise le directeur de Swiss Life Gestion Privée.

 

Le gérant s’occupe de tout, le client n’a plus rien à faire

 

Une fois l’échantillon de fonds sélectionné, il faut choisir lesquels acheter. « Il n’y a pas de bons ou mauvais fonds, mais des fonds qui ont plus ou moins leur place dans les allocations selon les besoins des clients et les anticipations des gérants à un instant T », estime Gérard Cercet.

Dans le cadre d’une allocation déléguée ou d’un mandat de gestion, le client n’a rien à faire pour choisir ou suivre les fonds achetés dans son contrat. Le gérant achète pour son compte les fonds qu’il juge appropriés à un instant, et surtout il suit leur évolution pour en changer au fil du temps quand c’est nécessaire en veillant à respecter le niveau de risque de son mandat. Dans le cas des Allocations Déléguées du contrat Darjeeling, par exemple, le gérant effectue les transactions nécessaires sur le contrat de chaque client une fois par mois. Un service qui permet de diversifier son contrat sans s’en occuper.

Pour vous aider à mieux comprendre et choisir les services d’allocation déléguée ou de gestion sous mandat proposés dans vos contrats, Placement-Direct.fr examine quelques exemples accessibles avec Darjeeling et Kapital Direct.

 

Lire aussi : Comment choisir un service de gestion pour diversifier votre assurance-vie ?

 

Pour toute question sur votre assurance-vie, contactez Placement-Direct.fr

  • par téléphone au 01 53 32 73 32
  • ou directement ici : http://www.placement-direct.fr/espace-client/contact.html

 

La valeur des supports en unités de compte est sujette à fluctuation à la hausse comme à la baisse dépendant notamment de l'évolution des marchés financiers. L'assureur s'engage sur le nombre d'unités de compte et non sur leur valeur qu'il ne garantit pas.

Publié le 13/04/2018